Rebelles Impliquées


  • Accueil
  • > La société telle que je la vois

Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie La société telle que je la vois.

Une douleur insensée

 

 

bkjbhj.jpg

 

 

Encore une fois, la mort nous as pris quelqu’un, un ami, un fils et un oncle. Encore une multitude de question sans réponses, un sentiment de culpabilité. Hier nous sommes allés à l’exposition de cet ami, Frank, décédé il y a quelques jours, de son propre gré. Mon conjoint, qui étais plus proche de lui  que moi, a offert une plaque magnifique à l’intention de ses parents,  avec une photo de leur fils gravée dessus. Si nous savions quel effet cela aurait eu chez son père, un effet boeuf, l’accumulation s’est transformé en une rivière de larme, de cris et de supplications afin que son fils se relève, revive. J’en au vu des choses dans ma vie, jamais je n’ai vu douleur aussi intense. Le coeur m’a serrer, mais le pire c’est de rester dans l’impuissance, car malheureusement il n’y a rien a faire, aucune parole peut consoler, peut le ramener…

Alors voici une pensée pour toi mon cher Frank, que les anges te guide vers le ciel, repose en paix. On t’oublie pas.

J’enchaine en rappelant l’importance de sensibiliser les personnes ayant des idées noires,afin qu’ils puissent savoir et comprendre qu’elles ne sont pas seule, il devrait y avoir plus de formation gratuite afin que les proches puissent mieux intervenir avec une personne qui pense au suicide. Moins de banalisation et plus de support. Ca DOIT changer. Bientôt, certains film auront l’indication  »suicide » ce qui nous permettras ainsi  de le savoir à l’avance lorsqu’un film comporteras une scène de suicide. J’attendais cela avec impatience, si vous saviez le nombre de fois ou j’ai crier, fermer les yeux, le coeur m’a débattu car subitement nous avions droit à une scène avec un homme pendu pendant une soiré cinéma.  Pour avoir  déjà vu cette image en vrai, je ne souhaite vraiment pas la revoir en film. Je crois que je n’étais pas la seule car nous avons enfin droit à un vent de changement. C’est horrible de subir cette douleur, cet évènement marquant à chaque fois.N’y a t’il pas pire douleur que celle d’un deuil?

Je rêve d’un monde ou chacun trouveras son bonheur, ou l’humanité au grand complet afficheras un sourire et ou la mort n’aura sa place que dans l’âge. Nous pouvons bien rêver, reste que nous ne sommes pas assez outillés. 

Rebelle


Eh oui, nous y sommes!

Voilà que nous sommes déjà rendus à la saison des impôts, je m’imagine très bien la situation; des milliers de Québécois et Québécoises, assis au bout de la table, une pile de papier éparpillée dans tous les sens, un juron par ci et un autre par là… Ça vous rappelle des souvenirs? L’impôt, la raison qui nous  dit que finalement, les cours de mathématiques du secondaire, servent vraiment à quelque chose!

images.jpg

Hier j’ai fais les miens…J’ai acheter le programme dit  »facile » mais non, c’était pas si simple!  Je me suis couchée avec une dette de 5000$ et 3-4 cheveux blancs. Ce matin le carnage cognitif à recommencer, trouver l’erreur de la veille était devenue mon but ultime (Vive le café!). Finalement j’ai réussis à baisser de quelques mille sans trop comprendre comment ça je paye autant cette année… ce qui me laisse l’affreux sentiment que je me suis faite avoir à quelque part. Avec notre achat de maison (qui soit dit en passant , n’est toujours pas concrétise, les news devrait arriver demain) j’aurais bien aimé garnir mon porte-feuille (ou me connaissant, les murs de la nouvelle maison!!) On verra bien ce que tout cela donne, en attendant je vous souhaite un beau cassage de tête mes amis (sarcasme)!  Vivement que vous pouvez tous recevoir un remboursement!

Rebelle

 


Bon 8 mars!

Il reste 9 minutes,pour vous souhaiter un bon 8 Mars, journée internationale de la femme. Je ne m’éterniserai pas, mais ma journée fut super! Nous avons chanter des chansons dans un bar moi et mes collègue ce soir, des chansons pour revendiquer nos droits, c’était amusant et j’ai appris qu’il ne faut pas avoir peur du ridicule hein! C’était une soirée strictement réservée pour les femmes,la solidarité battait son plein, j’en garde de très bon souvenirs! Je vous metterai une photo de notre  »band » sous peu !! A bientôt

Rebelle

 


L’enfance derrière les barreaux

Je viens d’écouter un film québécois, 10 et demi, qui m’a fait revivre beaucoup d’émotions de mon adolescence. Un film choc, trop près de la réalité et qui n’y va pas de main morte en ce qui concerne les tabous de notre société. Il relate d’un jeune homme de 10 ans et demi, troublé et agressif qui se fait placé en centre d’accueil, vu son comportement.

 

Pour avoir été moi-même placé en centre d’accueil/prison juvénile, ce film m’a permis d’avoir un regard extérieur, ou devrais-je dire une vision d’intervenant vs l’enfant, au lieu du contraire. Je me suis rebellée, j’ai pleurer entre ces 4 murs toutes les larmes du moment, j’ai eu bien sûr quelques moments de bonheurs éphémères. On finit tous par s’habituer à l’emprisonnement. J’ai connu des intervenants qui m’ont marqué(e)s, des copines également. Mais ce qui reviens sans cesse dans ma mémoire quand je songe à cet endroit, c’est de n’avoir jamais été comprise, de n’avoir jamais ressenti qu’on voulais m’aider de la façon dont j’avais besoin qu’on le fasse., au delà des lois et des procédures habituelles. Je n’oublierai jamais l’injustice que j’ai ressentie. Je suis d’accord que malgré moi, j’avais besoin de discipline, d’un encadrement. Mais est-ce réellement la façon d’aider que d’enfermé un ado qui déjà se rebelle contre l’autorité et qui a de la difficulté à faire confiance aux adultes? Rendue dans le centre, on oublie le cas par cas, c’est les même règles pour tout le monde, peu importe ton vécu et les raisons pour lesquelles tu es là, tu a droit au même traitement. Si le seul moyen que tu as de t’exprimer, c’est de crier, de pleurer trop fort et bien c’est ta chambre ou la salle d’isolement. Savez vous combien c’est insultant d’aller dans cette salle de force, ca reviens à la même chose que de te traiter de  »fou » sans utiliser de mots. Dans le fond tu es juste un incompris, et ÇA, ça génère encore plus de frustrations. L’approche générale des centres d’accueil est définitivement à améliorer tant qu’à moi, elle n’est bas basé sur les besoins de chacun, ni sur leur autonomie. Je comprends également qu’il y a des cas extrêmes, ceux qui sont dangereux pour la société et qu’on appelle dans le jargon du centre, les  »JC » Jeunes Contrevenant, moi j’étais une  »PJ » pour Protection de la Jeunesse, ce qui veut dire que c’était la société qui était dangereuse pour moi.Il devrait y avoir une approche différente, un plan d’intervention différents pour chaque jeune en fonction avec leur vécu.

prison2.jpg

Pour avoir été intervenante dans un foyer de groupe, un centre OUVERT, indépendant des centres d’accueils, et en collaboration avec la protection de la jeunesse, je peux très bien comprendre la dynamique. J’ai accepté ce travail car il correspondait à mes valeurs. Les jeunes filles que nous aidions, étaient rebelles et délinquantes, certaines me ressemblait beaucoup, mais on valorisait leur autonomie, leur prises de décisions. Elles allaient à l’école au public, avait droit à des sorties, quand leur comportement le permettait, nous étions centré sur le besoin de chacune. Le centre à du fermer ses portes, par manque de subventions, la moitié des filles ont été transférées dans un centre d’accueil FERMÉ, les rechutes en matières de drogues, de crises et j’en passe ont redoublés, elles avaient fait tout un cheminement avec nous, tout cela s’est effacé lorsqu’elles ont mis le pied entres les murs de la bâtisse sécurisée. Enlever la liberté à un adolescent, TOUTE sa liberté, c’est comme mettre un adulte non-coupable en prison, ça ne se fait pas. Je continue de penser que si on m’aurait offert ce type de service, je n’aurais peut-être pas fui aussi loin… et aussi jeune.

Mon conjoint a vécu de 12 à 18 ans en centre d’accueil, quand il a sorti, il n’avait jamais travaillé, n’avais connu rien d’autre que l’institution, il a donc retourné dans un terrain connu, celui de la rue, et a fait son  »trip d’adolescence » de 18 à 25 ans. Personne ne peut lui en vouloir, il avait enfin le droit de prendre une décision pour lui-même, chose interdite depuis trop longtemps. Il est bien sûr plus difficile alors de remonter la pente, maintenant que tu es seul et adulte, sans personne pour te dire quoi faire… laissé à toi même après avoir vécu des années à te faire dire comment agir et quel chemin prendre! Tout cela me révolte.

Je vous suggère grandement ce film, 10 et demi, qui viens à peine de sortir sur les tablettes. Et je voudrais également offrir une pensée à Rébecca Lévesques, 15 ans, décédée le 13 février dernier , à l’intérieur d’un centre d’accueil. Ses plaintes concernants divers maux de ventre, de têtes n’ont pas été pris au sérieux, elle en a succombé. Repose en paix ma belle.

Je vous suggère également le documentaire québécois de Paul Arcand, Les voleurs d’enfance, qui pointe du doigt les centres d’accueil et démontre les vraies images, qui hurle contre l’abus de pouvoir et les mauvais traitement qu’offrent certains de ces centres. Bon visionnement!

 

Rebelle

a6046877fd32f78756bdc533ec615417.jpg  images33.jpg


la perte de la religion

J’ai été baptisé à l’église catholique, j’ai baptisé mon enfant également. Je crois en Dieu, mais cela fait longtemps que je n’ai plus de respect pour l’église catholique.Il y a un  bon fond dans tout cela, mais il est dur à apercevoir après toutes les contradictions que nous apercevons. Les failles de l’église d’aujourd’hui et d’hier ont suffit pour m’enlever goût de les fréquenter.Je tiens à précisé que ce que j’écris, viens de mon opinion personnelle mais que je continue à respecter celle des autres face à leur croyances.

J’ai de la difficulté à concevoir l’église comme étant bonne quand des prêtres sont accusés de pédophilie, souvent sur des jeunes garçons, l’église n’est-elle pas contre les mariages gays? Voilà qui me semble assez contradictoire. Entre les années 2001 et 2010, il y a eu près de 3000 accusations concernant des agressions sexuelles à l’endroit de mineurs, produit par des prêtres. La condamnation du Vatican; des thérapies psychologiques internes, des mutations professionnelles et des suspension de charge. Combien d’histoires ont étés cachées, dissimulés, étouffées par la hiérarchie ecclésiastique? Je ne peux croire et encourager une église avec de tels scandales.

De plus, aujourd’hui en 2011, pouvons nous réellement croire que le Cardinal Ouellet veut condamner et criminaliser l’avortement? Les femmes se sont battues pour avoir droit aux contraceptifs et à l’avortement. Certaines se sont blessées en pratiquant l’avortement par elles-même, puisque c’était illégal auparavant. J’entends souvent dire que les temps ont changés, que les femmes ne veulent plus d’enfants, que les familles rapetissent, que le taux de divorce est à la hausse… Il y a une raison fort simple à tout cela, il s’agit de l’indépendance et le droit à l’égalité des femmes. Dans les vieilles années, les femmes étaient dépendantes de leurs mari, obligée d’obéir à leur moindre volonté, autant à la maison que dans le lit. Les femmes devaient assumé grossesse après grossesse, sans anesthésie et à la maison, souvent elles ne survivaient pas. Elle ne pouvaient quitter le domicile conjugal, étant obligée de se marié dès qu’elles étaient en relation ou enceinte. Elles étaient dépendantes financièrement, restant à la maison, étiquettée; femmes aux foyer. Elles n’avaient l’appui de personne, ni même de leur famille, encore moins de l’église.

Finalement nous avons aujourd’hui le droit d’avoir un bébé quand nous le voudrons, quand nous seront prêtes, nous avons le droit d’interrompre une grossesse non désirée, nous avons le droit à notre indépendance et à une carrière, il est bien évident que la femme en profite! Criminalisé l’avortement serait un énorme pas en arrière. Je crois en Dieu, je ne crois simplement pas en la religion catholique, on ne se demanderas pas pourquoi les églises sont vides et que de plus en plus nous en voyons à vendre. Un jour si l’église se modernise, adopte un comportement et des valeurs plus réelles, peut-être enverrai-je mon fils la visiter.

Rebelle

p.s. Désolé il n’y a pas d’image, quoi que j’en avait trouvé, la plate-forme ne me laisse pas en ajouter…


Dur de faire évoluer les mentalités

À tous les jours, j’entends des blagues et propos sexistes, dénigrant la femme, la ridiculisant. Le cinéma, le web, les publicité. L’ hypersexualisation qui, malgré les conséquences sur les jeunes filles, est toujours en flèche croissante. Bien sûr les temps ont changés, des femmes se sont levées, elles ont crié haut et fort contre l’injustice, je pense entre autre à Simone de Beauvoir. Je vous laisse donc avec quelques photos de publicités datant d’il n’y a quand même pas si longtemps, vous verrez à quel point la femme était considéré comme un objet, que l’on pouvais manipuler à sa guise.  Et si vous osez, parlez en à vos grand-mères, arrières grand-mères, tantes et leurs amies, vous verrez que cette réalité n’est pas très loin.

 

De plus je vous laisse avec 14 façons de lutter contre la violence faite au femme. Ces 14 façons ont été écrites  par la fédération des femmes du Québec et pour les 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes, et en mémoire des 14 femmes tuées par un crime politique contre les femmes et les féministes, le 6 décembre 1989. Merci a bettina, qui m’a donné l’idée sans le savoir de retrouver ces publicités que j’avais vu jadis, sur son blog vous trouverez un lien vers le guide d’économie pour jeunes filles sage, qui relate encore une fois de l’injustice que les femmes vivaient. ( bettina.unblog.fr)

la fédération des femmes du québec: www.ffq.qc.ca
toutes les 48 publicité publiés plus bas :http://owni.eu/2010/11/08/top-48-ads-that-would-never-be-allowed-today/?ref=nf

 

INTERVENONS si nous entendons des paroles violentes ou sexistes
INTERVENONS lorsqu’une femme se fait harceler ou violenter
DÉNONÇONS les agresseurs et l’impunité dont ils bénéficient
DÉNONÇONS l’idéal de beauté qui nous est imposé
DÉNONÇONS le recrutement militaire dans les établissements d’enseignement
DÉNONÇONS les publicités sexistes
DÉNONÇONS la traite des femmes et des enfants à des fins sexuelles
DÉNONÇONS le viol utilisé comme arme de guerre
DÉNONÇONS la banalisation de la violence
DÉNONÇONS les propos antiféministes, une attaque contre toutes les femmes
REFUSONS d’acheter des jeux et des jouets de guerre
REFUSONS de consommer de la pornographie
REFUSONS que les droits des femmes servent de prétexte à la guerre
BRISONS le silence, DÉNONÇONS l’intolérable, car la violence tue!

pubvintage0561.jpg  pubvintage058.jpg

pubvintage054.jpg pubvintage0441.jpg

 


Le suicide n’est pas une option!

Malgré toute la sensibilisation, la prévention et les services offerts par les organismes bâtis pour mettre fin à ce fléau, malgré le support, la peine et l’impuissance des proches, le suicide reste encore trop présent et est toujours considéré comme une solution afin d’alléger les souffrances. Selon le WHO (world health organization) , il y aurait 1 personne sur la planète qui choisi de s’enlever la vie toutes les 40 secondes. Le suicide devient donc la 4ème cause de décès la plus importante en nombre, encore plus importante que les décès liés à des conflits incluant des armes. En l’an 2000, près de 815 000 personnes ont perdue la vie par le suicide, comparé à 306 600 pour les conflits impliquant des armes directes.

images20.jpg

Comment peut-on aider ces gens à s’en sortir, comment peut-on faire une différence dans les statistiques?Une oreille attentive, sans jugement, sans sermons.Un sourire, un accompagnement vers les ressources qui pourront l’aider, soyons présents dans leur vie et n’ayons pas peur d’utiliser les mots tels que  »suicide ». Vérifions si ils ont un moyens préétabli pour mettre fin à leur vie, tentons de comprendre leur état d’esprit, leur mal-être. Aidons les à trouver leur propres solutions, offrant du même coup une plus grande confiance en eux. Des petites choses, qui peuvent faire une différence et marquer cette personne à vie. C’est important également de se protéger dans tout cela, si la personne se suicide quand même, il ne faut pas culpabiliser, ce n’est jamais de notre faute. Utilisons les ressources existantes d’aide pour les proches qui sont en deuil à la suite d’un suicide. 

images21.jpg

Mon ex conjoint s’est suicider il y a bientôt 6 ans de cela, j’ai souvent dit que c’était un acte de lâcheté, qui étais-je pour juger une personne déjà démolie? Je me rends compte du courage que cela prends pour finir ses jours de cette manière tellement drastique, si au moins ils utiliseraient ce courage pour foncer dans la vie, pour se raccrocher.

En cette semaine québécoise de prévention du suicide (30 janvier au 5 février 2011) j’ai une pensée pour tous les coeurs brisés, les âmes envolées, un souffle d’espoir pour que vous ayez tous atteint le bonheur que vous n’avez pas trouver ici. Reposez tous en paix.

Rebelle

images22.jpg
 

centre de prévention du suicide : http://www.cpsquebec.ca/

et un vidéo de musique d’un groupe québécois qui ont su placer les mots exacts pour faire réfléchir. À voir: http://www.youtube.com/watch?v=5cT3cNv8z_U


les nouvelles de l’horreur

Cette semaine, j’ai eu mon flot de nouvelles dont je me serais bien passée… Pas dans mon entourage, mais par les médias. Je me suis souvenue pourquoi je n’écoutais plus les nouvelles à la télé, c’est pratiquement que du négatif. Je ne vous parlerai pas de tout ce qu’on a entendu cette semaine, pédophilie, suicides, meurtres et j’en passe, car je croit que les agresseurs ont beaucoup trop de publicités et que souvent les victimes et leurs proches passent incognito. Je me demande alors combien de personne vraiment désirent voir ces images chocs à la télévision, sur le net? Pourquoi amplifier notre sentiment de négativité?
 images24.jpg
Je suis consciente du fait que l’humain est la pire bête au monde, et que nous sommes destructeurs, autant de la nature, des animaux que de nous-même, je comprends également que nous devons en parler si nous voulons sensibiliser et faire cesser ce fléau, mais n’existerait-il pas un plus grand impact si nous ressentions la douleur des victimes de par les travers de leur histoire? On entends parler de liberté conditionnelle, de pédophiles qui retrouvent leur maison après deux ans purgés derrières les barreaux, et ce dans une aile sécurisé car le système désire en plus, les protéger des autres détenus. La victime, mis à part sa famille, ses amis et peut-être un psychologue, deviens vite membre du club des oubliés, et elle doit vivre avec sa souffrance pour le restant de ses jours. Des sentences bonbons à droite, à gauche, on en parle régulièrement et pour toutes sorte de crimes. Les agresseurs se disent alors qu’ils peuvent tenter leur chance, assouvir leurs fantasmes déréglés… Si d’autres le fond et s’en sortent si facilement. Sincèrement je ne crois pas que les nouvelles apportent leur lot de positif, les humains sont avares  de sensations fortes, nous sommes curieux d’avance et un peu voyeurs, mais faudrait bien apprendre à doser la dose!
 
Rebelle
 

Cruauté envers les animaux

 J’ai été porter mon fils à la garderie ce matin, sur le chemin du retour j’ai aperçu un homme marcher avec 4 petits chiots et une pelle en métal. J’espère que je me trompe, mais j’ai eu une mauvaise impression. Dans ma région ce n’est pas les bois qu’il manque pour qu’on puisse détruire ces petits chiots. Je me suis promenée dans les rues avoisinantes à leur recherche, en espérant passer pour une dingue mais qu’au moins rien n’arriverait à ces chiens. Je ne l’ai pas retrouvé. J’ai contacté la Société de Prévention contre la Cruauté aux Animaux, mais ils ne m’ont pas vraiment pris au sérieux, j’espère simplement me tromper là-dessus.

23982.jpg

 

Alors cela m’emmène a vous parler de cela, la cruauté envers les animaux. Phénomène illégal et bien présent malheureusement. Encore aujourd’hui, il existe de nombreux cas de cruauté envers les animaux qui sont  »acceptés » par la société, par exemple, les chiens de gardes, attachés dehors à l’année longue, même l’hiver lorsque les températures sont très froides. La chasse de phoques dans le nord qui se déroule à chaque année est très cruelle, les phoques se font attaqués par un baton muni d’un piquet ou un crochet , on leur assène un coup sur la tête et on les trainent encore vivant jusqu’au bateau. Ils souffrent le martyre bien évidemment. Également au Québec il existe encore beaucoup d’usines a chiens, des  »élevages »non-sanitaires, des chiennes qui sont enceintes sans arrêt, vivant de de peu de nourriture et d’eau, maltraitées dans le seul but de faire un profit. N’importe qui peut avoir sa propre usine à chiot. Ils vont même jusqu’à produire de faux papier par de  »faux » vétérinaires affirmant que les chiots sont en parfaite santé.

 hh.jpg gfg.jpg

Je vous invites donc à dénoncer tout acte de cruauté envers les animaux que vous voyez, faites stériliser vos animaux afin d’éviter la surpopulation des centre d’hébergements tels que les SPCA. Vérifier bien la provenance des animaux que vous acheter, afin de ne pas encourager ces usines à chiots. Au meilleur procurez vous votre nouvel animal directement par la SPCA ou encore par un éleveur reconnu. Je vous laisse avec quelques sites internet très intéressant, mais qui renferment des vidéos et images assez choquantes.

http://protectionanimale.com/usines.htm

http://www.peta.org/

http://www.massacreanimal.org/

hj.jpg

 

 Rebelle

 

 


en pleine crise de logement

Pendant cette crise du logement qui bat son plein en région, je m’indigne devant les arnaques et les préjugés venant de la part des propriétaires. Non seulement les prix sont devenus exorbitants, ca va jusqu’à 550-600$ rien de fournis pour un 3 pièces et demi. Il y a quelques années les prix variaient entre 350-400$ tout fournis. Mais en plus de charger des prix de fous, beaucoup se permettent de choisir leur locataires, ce qui dans plusieurs cas, va au sens inverse de la loi.

ff.jpg

À mon travail, les femmes doivent repartir à zéro, après avoir quitter un milieu de violence conjugale. Elles sont souvent seule, avec leurs enfants, souvent à revenus modique sur l’aide sociale (bien que cela ne s’accorde pas à toutes) puisque plusieurs de leur conjoints avaient un tel contrôle sur elles, qu’elles ne pouvaient terminer leurs études ou aller travailler, elles étaient vouées trop souvent à l’isolement. Elles tentent de repartir à neuf dans leur vie, à la recherche active d’un nouveau nid sécuritaire et habitable pour leur famille, et bien souvent elles se font revirer de bord pour des raisons insignifiantes;  »On ne veut pas d’enfants, tu es trop jeune, trop vieille, tu vis de l’aide sociale, je ne veux pas de violence dans mes logements, on peut facilement insérer dans cette liste, le racisme, le sexisme et j’en passe.

images23.jpg

 Quand on pense qu’aujourd’hui, c’est déjà difficile de s’acheter une maison, malgré un bon salaire,qu’il faut payer les comptes et tout le tralala, mais qu’il devient aussi difficile de se louer un appartement, que le nombre de sans-abris est toujours en flèche grimpante et que plus tu deviens une minorité visible, plus il est difficile de s’en sortir…je me demande bien dans quel cercle vicieux nous  condamnons ces personnes. Commençons par faire des changements pour abolir la pauvreté, et lorsqu’il n’existeras plus de classes sociales, nous verrons si ça rapporte vraiment quelque chose que de juger.

 Rebelle

fff.jpg

 


12

Logos |
TREGOUREZ E BRO GLAZIK |
agencevirtuel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La violence conjugale, aime...
| Mon feeling
| Ouled Maallah او...